Voyage en Equateur cliquez sur icônes

Yoann et Titouan : nous avons terminé une enquête sur les peuples de l’Equateur d’hier et d’aujourd’hui. Cliquez ici

Yoann : on a pris un bus jusqu’à Tena et ensuite, Sandro, un Kichwa, nous a accompagné au Gareno Lodge. Nous étions dans la jungle d’Amazonie, à côté du Rio Napo.
Notre guide kichwa, Clide, nous a fait des motifs des communautés kichwas sur le visage, avec de l’achote, un fruit rouge de la jungle.
On est parti en pirogue sur le rio Napo pour pêcher et trouver des paillettes d’or dans l’eau. Papa a essayé et en a trouvé !

Titouan : nous avons vu des plantations de manioc et un arbre à pamplemousse près d’une maison en bois kichwa. Nous avons construit une cabane dans la jungle avec Sandro, comme celles des Huaoranis, avec des feuilles de palmiers.
Nous avons découvert des plantes médicinales qui soignent, des fruits, et des arbres bizarres comme l’arbre qui marche ; et aussi des fourmis « chirurgiennes » qui recousent des blessures avec leurs pinces.

Yoann : il y a des fourmis qui se déplacent comme un tapis et qui mangent tout sur leur passage, même un homme. Les insectes se carapatent en les voyant, et les perroquets attendent pour manger ces insectes. J’ai aussi goûté des fourmis qui ont un goût de citron.

Lodge rustique dans la jungle…

…à côté du rio Napo

Peintures kichwa

Agriculture, arrachage du manioc (yuca). C’est très bon grillé !

Chercheur d’or sur le rio Napo

Arbol caminante

Fourmis citronnées pleines de protéines…une drôle d’association avec l’arbre qui les héberge

Construction d’une cabane

Yoann : on est allé voir une communauté de Huaoranis. Une famille avait élevé un cochon sauvage. On a rencontré un vieux monsieur, appelé « Monca », qui nous a montré comment on utilisait la sarbacane. Il nous a fait un collier avec de la fibre de palmier et une noix d’ungurahua. Les Huaoranis ont des larges trous dans les oreilles pour mettre leur fléchettes dedans quand ils courent en chassant. En huaorani, bonjour se dit « houaponé ».
Nous sommes partis tôt un matin observer les oiseaux, on a vu un toucan de très loin et des colibris, il y a 130 espèces de colibris en Equateur et des magnifiques papillons. On a vu un oiseau très très rare qui bouge comme une feuille pour se camoufler.

Titouan : un soir, en balade nocturne avec Sandro, on a vu deux serpents mortels, des fers de lance, et une grenouille venimeuse.
La nuit, les tarentules sortent et on en voit partout sur les troncs d’arbre et aussi dans des trous.

En rentrant à Tena, on a vu des animaux en captivité : un ocelot, un caïman noir, le plus gros rongeur du monde, et sur une île, on a vu un tapir. Nous avons vu un animal en voie de disparition, le cuchucho.

Monca, le vieil homme huaorani est notre guide

clip video

Fabrication d’une cordelette très solide pour le collier

Un fruit très bon

Monca, plus jeune, est le 2ième en partant de la gauche (son frère est le 4ième)

Observation de l’ibijau_roux (très rare) et du cassique cul jaune

clip video

Observations de nuit : tarentules, fer de lance (serpent Yquis), grenouilles


Nous avons pris le bus à Cuenca, dans la cordillère, jusqu'à Guayaquil, et on a descendu 4000 mètres d'un coup (en 8 heures !) jusqu'à Puerto Lopez au bord de l'Océan Pacifique. C'est un port de pêche d'où on peut prendre un bateau pour aller observer les baleines.

La route a traversé des forêts tropicales humides, une plaine cultivée  avec des bananiers, des cannes à sucre, des rizières, et pour finir nous avons même vu des arbres de type baobab.

Le premier jour, nous avons pris un bateau pour aller observer les baleines au large

On a vu plusieurs baleines sauter hors de l'eau

Elles peuvent rester vingt minutes sous l'eau, maximum...

... mais après elles doivent remonter à la surface pour respirer

Ce sont des baleines à bosse

On a vu les parents avec leur baleineau très près du bateau

clip video

Les baleines émettent des sons sous l'eau pour communiquer

Les baleines mâles font souvent des figures pour attirer les femelles

 

C'est bête de dire que l'île de la Plata est l'île des Galapagos du pauvre, car on a vu plein de choses !
Les fous aux pieds bleus mâles dansent pour faire plaisir aux femelles

Les fous aux pieds bleus sont rigolos avec leurs pattes bleues ! Les oiseaux n'ont pas peur de nous et ne s'envolent pas, au contraire ce sont eux qui nous demandent de partir avec leur bec

Les jeunes frégates ont la tête blanche puis les mâles ont un gros ballon rouge qui gongle pendant 20 jours pour attirer les femelles

Les frégates peuvent vivre 30 ans alors que les fous aux pieds bleus seulement 20 ans

 

Avant le snorkelling, on a vu 4 tortues énormes : les tortues des Galapagos

On a fait du snorkelling où il y avait d'énormes poissons tropicaux : les « angel fish »

 

Les meilleurs 'miradors' pour les pélicans sont les bateaux de pêche

A Puerto Lopez, les bateaux déchargent leur pêche chaque matin : thons, raies, requins marteaux. Les pêcheurs découpent leurs poissons sur la plage...il y a du sang partout.

Nous sommes montés à travers la forêt de Baños entre 1800 et 2600 mètres d'altitude, et tout en haut on a vu au loin le volcan Tungurahua qui s'est découvert quelques secondes. 

Nous avons vu une grosse guêpe bleue frelon qui tirait une tarentule poilue.

La cascade du diable à Baños était stupéfiante. 

Nous avons pris un bus pour Riobamba et sur la route nous avons vu le volcan Chimborazo complètement enneigé. C'est le plus haut sommet de l'Equateur (6 268 m).

Nous sommes allés voir un grand marché au bétail. Les fermiers quechuas avaient de beaux costumes colorés. On est rentré dans la mêlée, là où se trouvaient les vaches et les taureaux. Les fermiers les élèvent et ensuite les vendent sur le marché.

C'est à Guamote tous les jeudis que se trouve un des plus grands marchés de l'Equateur.

Dans le Parc national de Cajas, on a vu des plantes uniques à chaque centimètre.

Il y avait des plantes qui s'embrasaient avec le soleil.

Il y avait des lacs et nous sommes montés jusqu'à 4000 mètres pendant la randonnée.

Nous avons visité le site archéologique d'Ingapirca (préhispanique). Notre guide était une descendante des Quechuas cañaris.

Nous avons vu le temple de la lune construit par les Cañaris, et le temple du soleil presque entier avec sa tour, construit par les Incas.

 

La escuela se encuentra en la cordillera de las Andes, muy cerca del lago que está en el fondo del cráter del volcán. Hay 70 niños de una communidad quechua, repartidos en 4 clases de niveles diferentes, de la edad de 4 a 11/ 12 años.
Fuimos recibidos por el director que enseña a los niños mayores. El tiene 25 alumnos. Quando llegamos, una mitad de la clase se había ido al curso de inglès, ya que en esta escuela hay una profesora de inglès.
Yoann y Titouan se presentaron en español así como los niños de la clase, y aquéllos se pusieron a cantar una canción de amistad. Despuès, indicamos donde está Francia en un globo, y Laura, una jovencita canadiense que nos acompañaba, enseño tambien donde está Canada. Yoann y Titouan entregaron una fotos de Marsella a los niños, y les ofrecimos 3, para que pudieran recordar nuestra visita.
El director nos invitó a compartir la merienda de la mañana en el comedor, y los niños jugaron a la pelota un rato. El director nos pareció interesado por un intercambio con una clase francesa.

Traduction en français

Dessins des enfants de l’école de Quilotoa

Depuis l’Australie, nous avons pris un avion long courrier pour traverser l’Océan Pacifique jusqu’à Santiago du Chili, via Auckland en Nouvelle-Zélande. Du Chili, nous avons survolé la Cordillère des Andes et atterri à Quito en Equateur.

Yoann : on est rentré dans la cabine du capitaine de l’avion, il y avait plein de boutons et on a mis la casquette du capitaine.
Le capitaine partait à la retraite, et des gens ont arrosé l’avion avec des lances à eau pour lui dire au revoir.
En arrivant à Quito, dans notre « posada », nous avons vu un colibri, c’est le plus petit oiseau au monde et aussi le seul oiseau qui arrive à faire du « sur place ».

Titouan : dans « la posada » où on dormait, il y avait des hamacs et on a joué au billard.
Nous avons vu la cathédrale de Quito et on est rentré dans un monastère très coloré.

Yoann : nous avons visité la vieille ville. Nous sommes rentrés dans une église très baroque, un monsieur jouait de la guitare. La religion, ici, est le christianisme car ce sont les Espagnols qui l’ont amenée.

Titouan : les femmes en Équateur sont petites et portent le costume typique avec aussi un chapeau de feutre.
Dans le musée de Quito, on a vu des statues magnifiques, une momie, et une salle avec des masques en or et en argent.

Yoann : la cordillère des Andes est beaucoup plus longue que la chaîne de l’Himalaya. Nous avons pris un bus pour monter dans « la Sierra » jusqu’à Quilotoa. On a fait une balade pour descendre dans le cratère où il y a un lac. Il y avait beaucoup de sable. il y a 7 mois un volcan a explosé et les cendres sont arrivées jusqu’ici. En remontant du lac, on était épuisé car c’était dur mais c’était splendide aussi.
Le deuxième jour, on a fait le tour du cratère sur les crêtes. On a mis 6 heures. Les paysages étaient extraordinaires. De temps en temps, on voyait des chien qui gardaient les moutons, on voyait les nuages tomber dans le lac. On est monté à 4000 mètres et on a vu un aigle, c’était peut-être un condor.

Titouan : à Latacunga, nous avons vu de loin le volcan Cotopaxi qui est à 5000 mètres. Il y a plein de volcans en Equateur.
Le chemin pour faire le tour du cratère à Quilotoa était sur les crêtes et il y avait plein de fleurs. Nous avons pique-niqué.

Yoann : on a vu des lamas avec leurs bébés.
Nous sommes allés à un marché dans un petit village pour voir les animaux que les Indiens Quechuas vendaient : les lamas, les porcs, les poules…

Titouan : on a vu la laine que les Indiens vendaient.