Voyage en Inde  cliquez sur icônes

Titouan : le Dalaï Lama habite ici.

En 1959, le Tibet a été envahi par l'armée chinoise. De nombreux tibétains ont réussi à fuir et ont trouvé asile en Inde. Le chef politique et spirituel du Tibet est sa sainteté le Dalaï Lama. Il a établi un gouvernement provisoire du Tibet à Dharamsala en Inde du Nord. On surnomme cette ville « le petit Lhassa », en référence à la capitale du Tibet.

Titouan : nous avons vu des paons volants (non identifiés) et des gros singes qu'on appelle des langurs. Le lendemain matin, nous avons fait un test. Et encore après la nuit, nous avons crapahuté un glacier et nous avons grimpé un sommet de l'Himalaya.

Après une reconnaissance effectuée la veille, nous avons fait une randonnée vers les « Triund Hills ». La dernière partie s'est faite dans la neige. Du sommet des collines de « Triund » à 3000 mètres, on a vu un magnifique panorama sur des sommets entre 4000 et 5000 mètres de la chaîne du Dhauladhar.

Yoann : il pouvait y avoir des ours et des léopards des neiges.

Yoann : nous sommes aussi allés voir une cascade où l'eau descend de l'Himalaya.

clip video

Yoann : nous sommes descendus dans la forêt pour voir un temple bouddhiste.
Dans le temple, il y avait des pièces, des sculptures en beurre coloré, des roues peintes sur les murs, des statues de Bouddha et des mandalas qui étaient peints.

Titouan : un moine nous a ouvert les portes du temple. Les temples bouddhistes ont toujours un chapeau pareil. Nous avons vu un monsieur qui avait 100 ans, il nous a pris la main pour la mettre sur sa joue.

Le fils nous a expliqué que son père avait une longue vie grâce à son karma.

Yoann : les bouddhistes prient en tournant des rouleaux de prière dans le sens des aiguilles d'une montre.
Il y a des moines bouddhistes qui m'ont serré la main et m'ont fait un geste de bienvenue.
On a vu des moines bouddhistes réfléchir sur la parole de Bouddha.
Il y en avait un qui était debout et qui frappait dans ses mains.

Les rizières sont partout présentes, en terrasse à Dharamsala, et en plaine pratiquement jusqu'à Delhi sur des centaines de kilomètres.

Notre périple sur la carte

The "Tibetan Children Village" School est une école tibétaine située à Mac Léo Gang- Dharamsala, au nord de l'Inde dans les contreforts de l'Himalaya. L'école est au milieu d'une forêt de sapins. 1200 enfants suivent leur scolarité de la maternelle au lycée. L'année scolaire débute le 1er mars et les enfants ont école du lundi au samedi matin. L'enseignement se fait en tibétain jusqu'en CM1, puis toutes les matières sont enseignées en anglais dès le CM2.

Après autorisation de la Direction, nous avons expliqué notre projet d'échanges culturels au professeur principal de l'école primaire, qui s'est montré enthousiaste. Nous avons été accueillis par une classe de CE2, la classe 3d (3ème année de primaire), et son professeur d'anglais Tashi. En CE2, les enfants ont déjà de bonnes bases en anglais, même s'ils n'apprennent pas encore à l'écrire. Il faut dire que l'apprentissage de la calligraphie tibétaine est déjà bien hardue !

Yoann et Titouan se sont présentés en anglais et nous avons montré quelques photos de Marseille. Titouan a montré la France sur un globe. Yoann a noté que certains enfants avaient la BD de Tintin au Tibet en anglais. Puis, au tableau, les enfants ont écrit "bonjour" en tibétain (Tashi Dalek) et Yoann l'a écrit en français. Tous ont compris que l'anglais était la langue qui leur permettrait de communiquer avec des enfants d'autres pays, mais qu'il était aussi important d'échanger sur leur culture respective.

Dans la classe, ils sont 28 enfants. C'est une classe mixte ; pourtant lorsque nous avons immortalisé notre rencontre, spontanément, les garçons et les filles ont formé deux groupes distincts et nous avons dû prendre deux photos. C'est avec beaucoup d'enthousiasme qu'ils ont dit oui à notre proposition d'avoir des correspondants dans une classe française.

L'insolite au coin de la rue...

Il y a des choses vues, décrites en deux mots, qui se passent d'images !!!

Yoann : dans la rue, nous avons vu un marchand de dentiers sales posés par terre.
On a vu un œuf en train de cuire dans une poêle posée sur le porte-bagage d'un vélo qui roulait.
J'ai vu un monsieur sur un vélo qui ne roulait pas, mais le monsieur pédalait pour aiguiser des couteaux.
Nous avons vu un monsieur avec un pèse-personne qui proposait de peser les gens.
Nous avons visité le temple des singes où il y avait un bassin de plusieurs éléphants de profondeur.
On a vu deux cobras et on les a vus danser avec un charmeur de serpent.
A la fin d'un trajet en rickshaw, le chauffeur a pris les billets qu'on lui a tendus et s'est frappé le front  avec, plusieurs fois, devant une image d'une divinité.

Titouan: dans les rues, nous avons vu des vaches sacrées, des chèvres, des cochons, des singes et aussi des chameaux qui tiraient des remorques.
Nous avons vu un hôpital pour les oiseaux où il y avait surtout plein de pigeons.
Nous avons vu un singe qui marchait sur l'eau. Papa a dit que c'était possible dans un temple hindou !
Un singe m'a pris ma tranche de pain sur le chemin du temple du dieu soleil.
Au pied des arbres ou dans les troncs, il y a des images de divinités et les gens apportent des offrandes de fleurs.

Un chauffeur de taxi au look d'acteur de « Bollywood », nous a mis une musique indienne branchée, pendant que clignotait sur son tableau de bord une petite niche qui abritait une divinité.

Un policier, au milieu d'un carrefour congestionné, fluidifiait le trafic à sa manière en distribuant des légers coups de bambous sur le derrière des vélos et des rickshaws.

Une pancarte, à côté d'un lac sacré, souligne l'ambiance familiale à l'image du dieu Shiva qui a réuni sa famille pour un moment convivial.

Dès notre arrivée, les premières couleurs qui sautent aux yeux sont les saris chatoyants des indiennes.

Yoann : nous sommes allés dans un « bazaar ». Ce sont plein de petites rues étroites où on vend des tissus dorés, des bijoux en argent, des épices et des porte-bonheur.

Titouan : il y avait des déchets dans la rue-bachi-bazaar.

La blancheur sublime du Taj Mahal constraste avec la gamme des couleurs chatoyantes.

Titouan : le premier jour, nous avons visité le fort rouge dans Old Delhi. Nous avons vu des écureuils partout.

Yoann : Jaipur est appelée la ville rose mais je trouve que les maisons sont plutôt orange pâle. Nous avons vu le palais des vents.

Titouan : nous avons vu le palais Royal à Jaipur. Il y avait deux amphores en argent ; il reste une famille de maharadjas qui habite encore dans le palais. Nous avons vu la porte des paons.

Yoann : nous avons lu que Gandhi voulait confisquer la fortune des maharadjas.

La couleur de l'argent ne s'accorde pas avec la pauvreté ambiante.

Yoann : nous sommes montés sur un éléphant d'Asie. Sur le dessin, c'est un éléphant qui a 32 ans. Nous avons vu des macaques au fort d'Amber à Jaipur. L'éléphant a plein de couleurs sur sa trompe et ses oreilles.

Les cornacs nous assurent qu'ils sont bien traités. On leur donne des gerbes de foin et des shapatis géants.

Titouan : nous avons senti l'odeur de l'encens et vu les petits bâtons dans les temples.

Yoann : la cuisine indienne est très épicée et très variée. Chaque soir, je choisissais un plat surprise. J'ai bien aimé le « alu mattar », le « butter paneer masala », le « chicken curry », le « thali », les « naans » au beurre et au fromage.

N'oubliez pas de cliquer sur la carte du pays pour suivre notre itinéraire et voir plus de photos.
Le mot mystère pour le carnet de route des enfants est « citoyen ».

Yoann : juste avant le décollage à Sharjah pour Delhi, nous avons vu des gens presque tout nus, avec un drap blanc et des claquettes. La religion est la chose la plus ancienne de l'Inde. Il y a beaucoup de dieux et de déesses qu'on appelle des divinités. Ganesh avec sa tête d'éléphant est l'une des plus importantes.

Titouan : un monsieur à moto s'est arrêté devant un temple et a fait un signe à Ganesh puis il est reparti très vite.

L'hindouisme plonge ses racines dans l'histoire ancienne de l'Inde et nous impressionne par la ferveur exprimée partout au quotidien.

Titouan : le premier jour à Delhi, nous avons visité l'hôpital des oiseaux qui se trouve dans un temple jaïn. Ce que j'ai préféré, c'était le perroquet, la chouette et aussi les paons ; ce qui est extraordinaire, c'est que les gens amènent des pigeons alors qu'on en voit partout !

Yoann : dans le temple jaïn, on a vu une personne prier et embrasser tous les tableaux. C'est très coloré à l'intérieur. A l'hôpital des oiseaux, il y avait un guide vétérinaire.

Le jaïnisme donne beaucoup d'importance au respect de toutes les formes de vie. Pour nous, le temple jaïn ressemble au temple hindou. Le petit livret distribué à l'entrée nous explique pourtant les nuances avec l'hindouisme.

Nous expliquons aux enfants la croyance en la réincarnation qui est commune, à l'hindouisme, au jaïnisme, au bouddhisme et au sikhisme.

Titouan : nous avons vu un temple sikh ; les dômes étaient recouverts de feuilles d'or, il fallait mettre un foulard, enlever nos chaussures et se laver les mains. Nous avons vu des gens qui priaient et après nous sommes allés voir le lac sacré où il y avait des carpes.

Yoann : les gens amenaient des offrandes et des pièces. Un homme se baignait dans le lac.

clip video

Le sikhisme est la religion la moins ancienne en Inde. C'est une religion monothéiste qui se présente comme une innovation par rapport à l'islam et à l'hindouisme.

Yoann : nous sommes rentrés dans un temple hindou qui était très beau. C'était surtout peint en rouge. J'ai dessiné Ganesh. Les gens ont un point rouge sur le front mais on a vu aussi des points d'autres couleurs.

Le temple de Birla Mandir a été inauguré par Gandhi en affichant sa volonté de remettre en question le système des castes : « tout le monde est bienvenu »

Yoann : au fort d'Amber, à côté de Jaipur, il y a un temple hindou. On a vu des tableaux de déesses où les gens collaient une espèce de mie de pain et des fleurs sur la bouche.

En zoomant sur la photo du temple jaïn, on aperçoit la croix gammée partout présente dans les temples et qui n'a aucun rapport avec l'horrible symbole des nazis. Cette croix également appelée « svastika »(en sanscrit) est un symbole religieux très ancien.

Titouan : le temple Rangaji à Vrindavan est le temple du dieu Khrishna. La maison du dieu était fermée pour qu'il mange, ensuite on a pu rentrer 5 minutes et après le temple a fermé ses portes pour que le dieu digère.

Évidemment il faut bien rappeler que Bouddha aussi est né en Inde, mais le bouddhisme a pris encore plus d'importance dans le reste de l'Asie, et donc nous en reparlerons lors de notre périple au Japon et en Chine.