Voyage au Kenya  cliquez sur icônes

The Happy House School is a kenyan primary school located in the southern districts of Nairobi. There are about 70 children dispatched in 8 classrooms, plus a “kinder garden”.

The children spend 8 years in the primary school, from 6 to 13. Then they go to high chool. School is from monday to friday. The year starts in january after the longest holidays in december. We have been warmly welcomed by the director, also teacher, who kindly introduced us to 2 classrooms : 1st year and 3rd year.

The children and their teacher welcomed us, all standing, by a “good morning”. Yoann and Titouan, one after the other, in the respective 1st year and 3rd year classrooms, introduced themselves despite their shyness regarding their english level. Then they pointed out Marseille and France on a worlmap, and the distance betwween the 2 countries. We talked about Marseille and showed pictures to the kenyan children.

traduction en français

We explained that our wish, during the worldtour, was to go and meet children in their school, in order to establish a correspondance between them and schools in Marseille. They were very curious and willing to have penfriends in a french school. We also talked about School in France and showed a short video of Yoann's classroom. And we could then played at looking for the differences and similarities.

Differences :

  • 6 children in each classroom
  • 5 teachers for each classroom including the referent teacher, and 7 subjects : 5 of them given in english (mathematics, sciences, social studies, ...), swahili, and french once a week !
  • The children wear a uniform

Swahili is the language of Kenya and English is the official language. By the age of 8, the kenyan children are bilingual and speak fluently english, that they start learning by 3 ! And most of them are even trilingual because they have been brought up in their mother tongue.

Similarities :

Yoann : there are boards on each side of the class. They have a book of mathematics and I saw substractions on it.
We showed them the boys' books of french and mathematics and we noticed that the programs are the same as in France, in both classrooms.
They have a library corner and a dining hall. They have a break time of 20 minutes in the morning and afternoon. Yoann and Titouan shared games with the kenyans children and

Yoann was even given a piece of paper with numbers in swahili. They all like football, swimming, races, basket ...

Yoann : “Sawa” in swahili means “ça va !” in french (everything's fine !). It sounds the same !

 

Yoann  : nous avons visité un site archéologique où vivait l'homo erectus il y a 1,8 million d'années. Les archéologues ont découvert un site encore plus ancien où vivait l'homo erectus il y a 4,4 millions d'années.

Yoann  : on a ramassé de l'obsidienne qui servait à fabriquer des petits outils tranchants pour couper les nerfs des animaux.

Titouan  : j'ai vu la corne pétrifiée d'un rhinocéros. J'ai vu un crâne d'homo erectus.

L'homo erectus de Kariandusi est beaucoup plus ancien que l'homme de Tautavel. Et le nouveau site découvert récemment au nord du Kenya risque fort de chambouler nos connaissances sur les hommes préhistoriques.

Après la visite du site de Kariandusi, nous sommes allés dans le parc national de Hell's gate pour faire un safari à pied !

Titouan : nous avons marché 7km dans la savane. Nous avons vu des girafes, des phacochères, des gazelles et des zèbres. Et on est descendu dans des gorges très belles où l'eau était très chaude car sous la terre il y a de la lave.

D'ailleurs une centrale électrique est en cours de construction, basée sur la géothermie.

Yoann : nous avons vu une girafe qui courrait derrière une gazelle.

 

Nous quittons Nairobi, et au bout d'une heure, notre chauffeur-guide signale devant nous la Vallée du grand rift  :  le sol du continent se creuse ici  à cause de l'éloignement de 2 plaques tectoniques. La route se poursuit avec des volcans tout autour.

Titouan : samedi 2 février, nous avons vu des babouins sur la route.

Yoann : notre chauffeur s'appelait Pierre (Peter, en anglais), il était aussi notre guide. Super ! Et quand on est arrivé au campement, on lui a dit “well done, Peter !”

Il nous faudra en effet 5 heures, sur une route parfois défoncée, pour rejoindre le campement dans la réserve naturelle de Masai Mara-Serengeti pour un safari de 3 jours. Cette réserve s'étend entre le Kenya et la Tanzanie. Sa superficie est égale à 5 fois la superficie du département des Bouches-du-Rhône.

Titouan : on a couru avec des enfants Masaï, et il y a un enfant qui voulait courir avec moi pour gagner.

Yoann : les Masaïs ont un grand trou au milieu des oreilles.

Titouan : ils mettent leurs vêtements à sécher sur les branchages.

La tribu Masaï est l'une des 42 tribus qui forment le Kenya. Les enfants gardent les troupeaux de vaches qui sont parquées la nuit dans des enclos à côté du village. Ils vont aussi à l'école, en uniforme.

Certains Masaï enfreignent le réglement et amènent paître leurs troupeaux de vaches à l'intérieur du parc national, au péril de leur vie.

Titouan : samedi 2 février, nous avons vu des impalas et des gazelles.

Yoann : nous avons fait 4 sorties dans la savane, et nous avons vu au début des gazelles Thompson, des gnous et une carcasse avec une hyène et des chacals autour. Puis après, nous avons vu un guépard perché sur une butte. Le deuxième jour, nous avons vu un léopard qui a grimpé sur un arbre.

Titouan : le léopard est l'animal le plus rare de la savane. Nous avons vu aussi une girafe assise et aussi des autruches, des guépards, une famille de lions et puis et puis et puis des zèbres.

clip video

clip video

 

Nous avons franchi la ligne de l'équateur et nous avons atterri à Nairobi. Ici il pleut souvent même pendant la saison sèche : c'est un climat tropical.

Yoann  : j'aime bien Henry. Il travaille dans la 'guesthouse' où nous habitons. Il me parle en anglais.

A l'image du climat, les Kenyans sont chaleureux et ils engagent facilement la conversation sur le bord de la route en attendant le matatu (transport public en minibus).

Titouan : les gens marchent beaucoup le long des routes.

C'est un miracle de voir les Kenyanes aussi élégantes et en talons hauts alors qu'elles marchent sur des chemins de terre.

Titouan : on a pris le matatu et on est allé au 'giraffe center'.

Yoann : nous avons donné à manger à des girafes; une fois, une girafe m'a pris la main et me l'a relâchée. On est rentré dans la forêt tropicale et on a vu un caméléon.

clip video

L'art du camouflage est un don de la nature pour certains animaux de la forêt tropicale ou de la savane.

La forêt tropicale et sa végétation luxuriante, ainsi que les animaux sauvages sont aux portes de la ville. On a même vu un phacochère sur un trottoir à proximité de personnes, comme s'il attendait lui aussi le matatu.

Titouan : on a vu la reconstitution de villages des différentes tribus.

Yoann : les huttes sont construites en terre crue, avec de la corde et des branchages. Sur les pancartes on peut lire “granary”, “grandmothers' hut”.

Les touristes aussi bien que les écoliers kenyans peuvent découvrir la culture des 42 ethnies formant le Kenya, dans un lieu unique qui s'appelle les 'bomas'.  Nous avons vu sur scène des groupes de danseurs et de musiciens.

Dessins des instruments de musique-Yoann

Musiques traditionnelles

Bomas of Kenya


Suivez notre itinéraire en cliquant sur le mot 'Kenya' qui apparait dans le menu à gauche, et aussi sous le titre de l'article. Les enfants, vous y trouverez des indices pour votre carnet de route ainsi que le 2ième mot mystère.